AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | .
 

 (charlie) and all my friends have gone to find another place to let their hearts collide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Admin

avatar : freya mavor.
paye tes crédits : catsoon (avatar)
schizophrène ? : nala, la plus belle (a)
disponibilité rp : oui m'dame
statut : céli...tg.
j'ai : vingt ans.
pizzas mangées : 219
a emménagé le : 19/02/2014
appartement : troisième étage, 4c.
mes colocs : kekette, casper, thierry et michel. la normale quoi.
nawak box :

MessageSujet: (charlie) and all my friends have gone to find another place to let their hearts collide.   Lun 7 Juil - 18:13

miloë-cora fitzgerald.

« l'homme veut être le premier amour de la femme, alors que la femme veut être le dernier amour de l'homme. »

NOM ▽ sheeran. un patronyme assez banal, contrairement à mon prénom. il n'a certes rien d'extraordinaire, mais il me convient parfaitement. PRÉNOMS ▽ mes parents ont pris la décision de me donner le doux prénom de charlie-nora. bien que je l'adore, je me demande parfois pourquoi mes géniteurs ont décidé de m'appeler ainsi. SURNOM(S) ▽ charlie, pour la plupart des gens. sinon, il y a également chachatte, beaucoup plus classe, je vous l'accorde, qui est un surnom donné par mon frère et son meilleur ami. ÂGE ▽ ugh, la question qui fâche. bien malheureusement, j'ai dix-neuf années de folie immature derrière moi. physiquement, en tout cas, car mentalement, c'est une autre histoire. DATE DE NAISSANCE ▽ je suis née un certain 1er avril. au début, je pensais moi aussi qu'il s'agissait d'une blague, mais en réalité, c'est bien vrai. LIEU DE NAISSANCE ▽ je suis née ici-même, à christchurch, en nouvelle-zélande. ORIGINES ▽ je suis le résultat d'un beau mélange entre les origines écossaises de mon père, et les gênes français de ma mère. NATIONALITÉ ▽ j'ai la chance d'avoir la double-nationalité écossaise et française. ORIENTATION SEXUELLE ▽ hétérosexuelle. désolée mesdemoiselles, mais je préfère les torses musclés et les belles lignes en v. STATUT SOCIAL ▽ j'ai comme qui dirait hérité de la bonne fortune de mes parents, m'intégrant donc à une classe assez aisée. STATUT CIVIL ▽ je suis un papillon magique, meilleure amie du vent et libre comme l'air. bref, je suis célibataire. MÉTIER ET/OU ÉTUDES ▽ je fais des études en psychologie, pour tenter de comprendre ce qui se passe dans ma tête. AVATAR ▽ la belle freya mavor ♥️ CRÉDITS ▽ tumblr

QUALITÉS ▽ attachante, grande enfant, espiègle, sensible, altruiste, drôle, délurée, artiste, dynamique, protectrice.
DÉFAUTS ▽ rancunière, bavarde, chiante, gourmande, geek, rêveuse, lunatique, trop franche, possessive, veut toujours avoir raison, bordélique.

(pour cocher une case, ajouter checked après value="a" )
→ samedi soir, appart vide, et rien que pour toi.
je chope la zapette que j'ai jamais réussi à prendre des mains de bob, et j'me fais une soirée télé en solo même si j'dois me taper le documentaire sur le coït des pingouins d'australie. j'appelle le reste de la bande et c'est parti pour une soirée pizza-tequila-gta. je verrouille toutes les portes, je mets la musique à fond, et j'en profite pour danser nu dans toutes les pièces de l'appart.

→ t'habites au cinquième, l’ascenseur est encore en panne, et ça te fait chier de devoir prendre les escaliers.
tant pis, je mets mes écouteurs et je monte en rythme. au pire, ça me fera les fesses. j'attends le voisin/la voisine sexy et je monte derrière lui/elle. après tout, un cul vu n'est pas un cul perdu. je vais squatter chez le concierge en attendant que mon coloc passe pour lui sauter sur le dos en criant "hu cocotte !", et hop!, un voyage gratuit pas cher.

→ ton/ta coloc entre dans la salle de bain alors que t'es sous la douche.
je hurle et couvre rapidement le minimum syndical. je l'arrose jusqu'à ce qu'il se casse en boudant. je l'invite à me rejoindre pour "faire des économies de manière ludique tout en favorisant les rapprochements".

→ ta voisine canon te demande gentiment de garder ses morveux le temps qu'elle aille chez son amant.
c'est bête, j'ai aquaponey, et après je dois courir un marathon en faveur des lamas d’Ouzbékistan. ça dépend : elle me paye en nature ou pas ? ça tombe bien, j'avais besoin d'un nain pour faire le ménage sous mon lit.

→ ta coloc rentre en pleurs parce qu'elle vient de se faire plaquer, et elle te déballe toute l'histoire.
je lui sors la boite à cookies "sos chagrin" et les mouchoirs. pas moyen. je la laisse en plan sur le canapé comme une vieille merde et vais en face le temps qu'elle trouve un autre pigeon. elle est bonne, alors je la prends dans mes bras pour la consoler, et j'en profite pour la peloter.

→ tu viens de passer 2h à chercher après tes sous-vêtements batman, et tu te rends compte que c'est ton coloc qui les a pris.
d'la merde, je les remets pas après que ce crado les ait portés, même après lavage au javel et stérilisation (des vêtements, pas du coloc). je lui saute dessus pour les lui arracher : si je peux pas les mettre, lui non plus. c'est mon porte-bonheur, quasiment mon doudou, alors il a intérêt à me les rendre s'il veut pas finir à poil sur le balcon.

→ ton coloc ramène son plan fesses (la bonnasse du 3b) à l'appart' :
déjà que je l'entends hurler comme une guenon du sien d'appart', j'ose même pas imaginer ce que ça va donner quand elle sera dans la chambre d'à côté. celle du 3b ? PARTOUZA ! attendez-moi les coupaings. je vais chercher le mien et on se fait un concours ?

→ ton ambiance de rêve dans un appart', c'est plutôt :
posey, tous ensemble sur l'immense canapé, et enjaillement devant mario kart. tous à poil et on s'caresse. joey pas aimer les autres toucher à son mangé.

PSEUDO/PRÉNOM ▽ gipsy.heart, Chloé pour les intimes. mais vous pouvez m'appeler dieu. (a) ÂGE ▽ dix-huit piges, tu piges ? SEXE ▽ avec plaisir. PLANÈTE/PAYS/RÉGION ▽ vénus, pays des bisounours, route des pénis. LES LICORNES, TU AIMES ? ▽ j'aime les licornes, et leur jolie corne T'AS PAS ENVIE D'ÊTRE UN PANDA, TOI ? ▽ pas besoin d'être un panda, je suis déjà une princesse. TU NOUS AS CONNU COMMENT ? ▽ c'est mes coupaings portugais qui ont construit la résidence. ON EST BAISABLE OU PAS ? ▽ surtout moi. UNE PROPOSITION OU SUGGESTION A NOUS FAIRE ? ▽ construisez-moi un temple bande de gueux. UN DERNIER TRUC A DIRE POUR TA DÉFENSE ? ▽ cest le colonel ketchup moutarde qui a baisé pimprenelle et nicolas sous l'escalier, devant les yeux d'harry potter
Code:
<pris>FREYA MAVOR ɷ</pris> charlie-nora sheeran



Dernière édition par charlie-nora sheeran le Mer 19 Aoû - 16:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Admin

avatar : freya mavor.
paye tes crédits : catsoon (avatar)
schizophrène ? : nala, la plus belle (a)
disponibilité rp : oui m'dame
statut : céli...tg.
j'ai : vingt ans.
pizzas mangées : 219
a emménagé le : 19/02/2014
appartement : troisième étage, 4c.
mes colocs : kekette, casper, thierry et michel. la normale quoi.
nawak box :

MessageSujet: Re: (charlie) and all my friends have gone to find another place to let their hearts collide.   Lun 7 Juil - 18:14



PARTIE I Les enfants, dans le noir, ça fait des bêtises mais des bêtises dans le noir, ça fait des enfants.« Meeeerde ! Kenaël, on va s'faire tueeer ! » Les yeux de la petite blonde faisaient l'aller-retour entre son ami et le vase -ou ce qu'il en restait- préféré de sa mère, qui venait purement et simplement de se ramasser par terre dans un grand bruit. Ses parents étaient partis ils ne savaient trop où, encore une fois, et les deux petites tornades, laissés seuls, en avaient profité pour jouer dans la maison, comme à chaque fois qu'ils se retrouvaient seuls. Et encore une fois, ils allaient se faire tuer par leurs dominants.
Charlie comptait sur son ami, qui se vantait toujours d'être l'ainé, pour trouver une solution. Sauf que dans les situations critiques, son pauvre cerveau avait tendance à partir fumer une clope, alors forcément ça n'aidait pas. « Chut, je réfléchis. » « Parce que tu sais faire ça toi ? » Elle lui lança un regard plein d'une innocence digne de Blanche-Neige tandis qu'il arborait un air blasé. Puis son visage s'illumina, et la blondinette comprit qu'il avait une idée.  « Azy, j'ai trouvé une solution à la Superman. Va chercher les pansements dans la salle de bain, on va le réparer. » Elle le regarda un instant avant de hausser les épaules. Elle allait monter les escaliers quand ils entendirent la clé tourner dans la serrure de la porte d'entrée. Ils se stoppèrent instantanément et échangèrent un regard. Kenaël devint livide avant de passer en mode repli. « FUYOOOONS ! »


PARTIE II Comme toutes les filles, j'ai toujours rêvé d'être une princesse, lançant ses longs cheveux blonds du haut de ma fenêtre pour laisser mon prince me rejoindre. Sauf que mon prince est un abruti, qui a brisé ladite fenêtre à deux heures du matin. Charlie-Nora ouvrit les yeux et mit quelques temps pour retrouver et revisser son cerveau, avant de se rendre compte qu'elle ne rêvait pas et qu'il y avait bien un truc qui martelait sa vitre. Elle alluma la lampe de chevet et posa les pieds par terre dans un geste mécanique, se dirigeant vers sa fenêtre. Elle allait l'ouvrir, sauf qu'elle dut se baisser avant, histoire d'éviter le caillou qui venait de la briser. Soudainement bien éveillée, elle prit soin de ne pas marcher sur les éclats de verre pour ouvrir le semblant de fenêtre qui lui restait, et se pencha par-dessus bord. Malgré le fait qu'il soit 2h du matin, qu'il fasse nuit noire et qu'elle ait franchement la tête dans le cul, elle aperçut l'ombre d'une silhouette familière qui trainait dans son jardin. « Kenaël, espèce de crétin ! T'es au courant qu'il est 2h du mat', que mes dominants sont à la maison et que tu viens de péter ma fenêtre, sombre abruti ?! » Elle ne distinguait que vaguement son visage, et pourtant, elle était persuadée qu'un immense sourire étirait ses lèvres. Pauvre con. Elle allait le lui faire bouffer, son sourire débile. « Moi aussi j't'aime, ma chachatte. » « Get lost, s'pèce de crevard ! Et arrêtes de m'appeler comme ça ! » « Sinon quoi, darling ? Qu'est-ce que tu vas me faire ? » Charlie garda le silence un instant, triturant ses neurones esseulés à la recherche d'un châtiment qui lui conviendrait. Sauf qu'en pleine nuit, elle n'était décidément pas très productive. Dans ce domaine là en tout cas. *ahem* « C'tellement violent que tu veux pas l'savoir, crois-moi ducon. » Elle l'entendit s'étouffer en tentant de ne pas rire, mais préféra faire comme si rien n'était. Kenaël s'avança vers le mur et leva la tête. « Bon, c'pas qu'j'aime pas échanger des mots doux avec toi, mais j'peux monter ou pas ? » Charlie haussa les épaules, un petit sourire sur les lèvres. « Si t'as envie de t'éclater la gueule par terre, vas-y, j't'en prie. » Elle savait parfaitement qu'il était déjà monté dans sa chambre des millions de fois comme ça, mais c'était pour la forme, voyez-vous.


PARTIE III le jour où j'ai emménagé, mes voisins sont venus me souhaiter la bienvenue. maintenant, ils font passer des pétitions pour que je retourne à l'asile. « Oh merde, merde, merde, merde, merde... KEKETTE ! Ramène ton boule s'tu veux pas que mon pied atterrisse dessus ! » Les bras chargés de cartons formant une pile quasiment aussi grande qu'elle (sisi), Charlie tentait de faire quelques pas sans se ramasser ou faire tomber quoi que ce soit. Kenaël arriva en trottinant comme la petite gazelle féérique qu'il était, un sourire moqueur sur les lèvres en la voyant galérer. Oh le con. Il allait le regretter. « Eh mais reste soft, tu vas choquer les âmes sensibles. Et t'oserais même pas toucher à mon cul j'suis sûr. » Il la déchargea de quelques cartons, et il put percevoir son regard mi-blasé mi-tueur. « Rappelle-moi qui t'as foutu une bande de cire sur la jambe pendant que tu dormais ? » Elle haussa un sourcil, un petit sourire satisfait sur les lèvres tandis qu'il lui tirait la langue. « La ferme Sheeran. » « Moi aussi je t'aime. » Charlie glissa un petit sourire innocent digne de Blanche-Neige. Kenaël leva les yeux au ciel en souriant, mais ne renchérit pas. Pour une fois. Il ouvrit la porte et la lui tint avec le pied, la laissant passer. « Magne-toi avant que je change d'avis et que je décide de te la lâcher sur le coin de la face. » « Trop gentil de ta part, mec. » Elle fut tenter l'espace d'une seconde de voir combien de temps il serait prêt à jouer les gentlemen, mais elle se ravisa. Ça lui arrivait tellement souvent, faudrait pas qu'il finisse traumatisé le pauvre petit. Même si elle était sûre qu'il voulait juste admirer son royal fessier grimpant les marches, en fait.
En arrivant dans le corridor, Charlie-Nora posa les cartons dans un coin et jeta un coup d'oeil du côté des chambres. Lorsqu'elle aperçut l'immense lit dans l'une d'elle, elle lança un regard espiègle à Kenaël par dessus son épaule et s'élança. Balançant ses chaussures dans un coin, elle se jeta sur le lit, bientôt suivi du jeune homme, qui s'étala comme une crêpe. Ils explosèrent de rire à l'unisson, et ils savaient que ce n'était le début de tout un tas de conneries.

PARTIE IV permettre à charlie et kenaël de vivre ensemble, ça revient à ouvrir un zoo, sauf qu'il n'y a pas de visiteurs. « Kenaël, rend-moi ça, putain ! » Le jeune homme s'arrêta pour la regarder un instant, lui fit un grand sourire, puis repartit sur les chapeaux de roues, en boxer Bob L'éponge et avec le soutif en dentelle de Charlie sur la tête. La jeune femme, encore trempée après sa douche, enfila le premier haut qui lui passait sous la main avant de s'élancer à sa poursuite à travers toute la maison, manquant de se ramasser sur le carrelage à chaque virage. Elle le rattrapa finalement dans le jardin, où elle lui sauta littéralement dessus, le faisant basculer. Ils firent plusieurs roulades dans l'herbe avant de réussir à s'arrêter, morts de rire, Charlie-Nora à califourchon sur Kenaël, qui ne se défaisait pas de son sourire espiègle. « J'aime beaucoup la vue en contre-plongée. Ça te fait une poitrine énorme. » Elle abattit sa main sur son torse, et retint un juron, s'étant fait plus de mal qu'à lui, ne faisant que rajouter à son hilarité. « Vas-y Blondie, frappe-moi. Fais-moi mal, je t'en prie. » Elle tenta vainement de retenir un immense sourire. « Kenaël ! » « Oh oui, susurre mon nom Charlie ... » Elle allait encore lui passer un savon, quand une lueur de défi éclaira ses prunelles. Lentement, avec un sourire aguicheur, elle se pencha sur lui, rejetant ses cheveux blonds sur le côté. Elle l'entendit déglutir et ne pût s'empêcher de sourire franchement. « Euh ... Ton t-shirt est transparent. » Son sourire se fana et Charlie se releva brusquement. « Quoi ? » Kenaël hocha la tête vers elle, et elle baissa les yeux, avant de rapidement croiser les bras sur sa poitrine. Elle tourna la tête et aperçut Mme Rhodes, leur charmante voisine, qui les dévisageait comme s'ils étaient en plein sacrifice humain. Charlie-Nora ne pût s'empêcher de lui faire un petit signe de la main, ce qui eut le don de la faire tourner les talons. « Bonjour Mme Rhodes ! ... C'est bon, maintenant elle pense réellement que je suis une trainée. Merci doudou, vraiment. » Elle attrapa son soutien-gorge qui trônait toujours sur la tête de son ami et se remit sur ses pieds avant de repartir vers la maison. Le beau brun se releva sur ses coudes et l'admira un instant. « De rien ma chachatte. On remet ça quand tu veux. » Sans même prendre la peine de de retourner, elle lui adressa un signe de la main aussi peu féminin que catholique.


PARTIE V tomber amoureuse de son meilleur ami, ou comment foutre la merde. La jeune femme jeta un coup d'oeil à l'heure qu'affichait la box, sous la télé. Dix heures passées, Bob l'éponge venait de se finir, et Kenaël n'était toujours pas levé. Pas très étonnant, vu l'heure à laquelle il avait sans doute dû se coucher. Mais elle le comprenait. Maman mouton était venue rendre visite aux deux énergumènes qui peuplaient la maison, et elle était restée dormir chez eux, sous les supplications de son fils. Charlie avait trouvé la scène tordante, le bouclé n'étant pas du genre à supplier une fille. Alors voir qu'il était prêt à se mettre à genoux pour que sa mère reste dormir avec lui, c'était un vrai régal, et la blondinette comptait bien l'utiliser contre lui, un jour où l'autre, lorsque le moment serait venu.
Elle se leva du canapé pour aller saluer son ainée, qui venait de sortir de la salle de bain. Elles échangèrent des banalités concernant leur sommeil, le quartier, le temps, et tous ces sujets bateaux, avant que la mère ne réalisé que son fils n'était toujours pas debout. Elle s'en étonna pas, probablement tout aussi habituée que Charlie à l'incroyable nombre d'heures de sommeil de Kenaël. Aussi, la jeune femme proposa bien gracieusement d'aller réveiller l'homme de la maison (la blague).
Dix heures trente. C'est l'heure à laquelle Charlie-Nora eut l'ingénieuse idée de débarquer, avec une discrétion légendaire dans la chambre plongée dans la pénombre de Kenaël. Elle referma la porte derrière elle, sans faire de bruit, et se rua sur son lit comme une enfant, criant un cri de guerre de son cru. « Allez ducon, debouuuut ! Debout, debout, debout ! » Elle n'eut pour seule réponse qu'une suite de grognements, et, un instant, elle crut qu'il cachait un pitbull sous son matelas. Mais s'il pensait qu'elle allait laisser tomber juste parce qu'il réagissait autant qu'une moule desséchée, il pouvait toujours courir. Au risque de se faire bouffer un bras, elle attrapa un oreiller qui passait par là et l'abattit sur le visage de son meilleur ami, qui finit par s'avouer vaincu. « P'tain, c'que t'es chiante Charlie. J'comprends pas pourquoi ma mère te laisse encore entrer. » La jeune femme s'assit en tailleur, bras croisé sur sa poitrine, mine boudeuse. Kenaël soupira avant de lui faire sa petite tête de caniche battu. « Probablement parce que je vis ici. Ou alors, parce que je suis la meilleure, la plus belle et la plus géniale de tes amis. Et peut-être aussi parce que je suis ta seule amie, en fait, et qu'elle est persuadée qu'on sort ensemble. » Il s'assit si vite dans son lit que Charlie en fit un bon de trois mètres de haut. Les yeux écarquillés en mode what da fuck ? il ouvrit la bouche et la referma avant de rougir. Inutile de préciser qu'il n'en fallut pas plus à Charlie pour se moquer de lui. « Tu devrais voir ta tête kékette, c'est énorme. N'empêche ... je rêve ou tu rougis comme un coquelicot ? » Il choisit de se replier sous sa couette, essayant d'éviter les moqueries de son amie. « Oh, Kenny, c'trop meugnon. Sérieux, t'avais jamais remarqué ça ? » « Remarqué quoi ? » « Que je suis canon... Bah nan, patate, que ta mère pense qu'on est ensemble. » Elle le vit hausser les épaules et elle soupira. Elle se demandait réellement comment il pouvait ne pas avoir remarqué la manière dont sa mère les regardait, tous les deux, comme elle les couvait du regard. Charlie trouvait ça mignon, mais d'un autre côté, ça la dérangeait franchement. Elle avait l'impression de donner de faux espoirs à la mère de Kenaël, et elle n'aimait pas ça. Et forcément, l'un des principaux intéressés ne voyait rien, comme toujours. Pour le coup, elle se sentait un peu seule quand même. « Je crois surtout qu'elle a tellement l'impression que t'es désespérée qu'elle préfère croire qu'on est ensemble. » Charlie prit un air faussement outré avant de tirer la langue à son meilleur ami et de lui tourner le dos, le tout dans une attitude absolument puérile. Du grand Charlie, en fait. Kenaël soupira en levant les yeux au ciel, et se rapprocha de son amie, en prenant toutefois soin de rester enfoui sous sa couette. « Arrête de bouder ma chatoune, s'il te plait. » La demoiselle ne répondit pas, préférant ignorer le bouclé qui n'avait d'autre choix que d'admirer son dos. Il posa ses mains sur les hanches de la jeune femme, et appuya son menton sur son épaule, la laissant admirer sa tête de chien battu. Et, faible comme elle l'était, elle ne résista pas bien longtemps avant de repousser sa tête en souriant franchement. Il commença à la chatouiller, la renversant sur le lit, tandis qu'elle se débattait pour tenter de lui échapper. Ce qui était peine perdue, étant donné leur différence de carrure. Une fois qu'elle eut fini de s'agiter dans tous les sens, il déposa un baiser sur le nez de Charlie, qui prit un air faussement dégouté. « Bah. Tu sens pas bon de la bouche kenny. Sérieux, va prendre une douche, avant de tuer quelqu'un. » Kenaël lui tira la langue, mais se leva tout de même pour rejoindre la salle de bain attenante à sa chambre. Il s'arrêta à la porte et lança un regard plein de sous-entendus à Charlie-Nora. « Tu devrais venir avec moi tu sais, ça te ferait du bien aussi j'crois. » Charlie explosa de rire face à sa proposition. « Je crois pas non, espèce de pervers. » Il haussa les épaules, arborant une mine triste, avant d'entrer dans la pièce, fermant la porte derrière lui. Elle allait sortir de la chambre lorsqu'elle entendit l'eau de la douche se répercuter dans les parois, et une petite idée germa dans son esprit. Elle attendit un instant pour être sûre que Kenaël soit sous la douche, avant d'ouvrir doucement la porte. La voie était libre. Elle sortit rapidement et alla chercher un seau sous l'évier de la cuisine avant de retourner dans la salle de bain, où elle remplit le précieux objet de torture d'eau glacée. Par elle ne savait quel miracle, son ami n'avait toujours rien remarqué. Sans doute était-ce sa tignasse qui absorbait le bruit. Quoi qu'il en soit, Charlie se dépêcha d'escalader le rebord du lavabo, attrapa son seau d'eau froide, et le vida intégralement sur la tête de son ami, toujours sous la douche. Elle n'attendit pas de l'entendre hurler pour descendre en quatrième vitesse, manquant de se ramasser lamentablement, et partir aussi loin qu'elle le pouvait. c'est à cet instant que la course poursuite à travers l'appartement débuta, Charlie entrainant Kenaël dans tous les coins pour tenter de lui échapper, sous le regard amusé de la génitrice de ce dernier, qui avait désormais l'habitude du comportement enfantin de ces deux-là. Un dérapage par-ci, un ramassage de gueule par là, et on retrouve charlie en sac à patate sur l'épaule d'un kenaël trempé tenant d'une main la serviette nouée autour de sa taille, se dirigeant comme si de rien n'était vers la salle de bain. Une scène tout à fait normale dans le quotidien de ces deux-là donc.
UNDERCONSTRUCTION

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

(charlie) and all my friends have gone to find another place to let their hearts collide.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Promotional code and 3 month trial of Full-Friends?
» Happy Nintendo Friends
» CharlIE :)) dans un beau pull rouge tricoté par Nadine :) Page 2 et 3 :)
» Joyeux Noël Charlie Brown !
» Gears Of War 3 - Parodie pour Charlie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
people next door :: ME, MYSELF & I :: born to die :: welcome to my world.-